Le principe d’incertitude

monologue de langue pour acteur et mots

d’après Ghérasim Luca* | © Libraire José Corti

conception, mise en œuvre et interprétation : Joachim Salinger
conseil chorégraphique : Marion Lévy
création lumière : Charly Lhuillier
création sonore : Guillaume Vesin 
diptyque de performance théâtrales et articulatoirespartie 1

production : un autre jour, la même histoire

création le 14 février 2014 | La Faïencerie – Théâtre de Creil

*Textes issus de Héros-Limite (1985), Le Chant de la carpe (1986), Paralipomènes (1986) et La Proie s’ombre (1998).

La langue de Ghérasim Luca est piégée. Homme apatride, né roumain et juif en 1914 à Bucarest, il écrira principalement dans sa langue d’exil, le français, des poèmes sculptant la forme même du langage, révélant sa dimension physique, en quête, effrénée et frénétique, du mot et du sens fuyant, et célébrant, finalement la beauté de son dérobement.

 

Le poème chute, rechute, trébuche – bégaie même !  – mais rebondit sans cesse et se maintient, comme le funambule sur le fil, dans une danse singulière proche d’un état de transe.

 

Le déséquilibre initial est le moteur même de l’écriture et l’acteur doit se lancer – au risque de se perdre ! – et se jeter dans ce déséquilibre, l’entretenir et l’alimenter – devenir lui-même un funambule.

 

Tiré de ses divers recueils, le montage de Ghérasim Luca prendra la forme d’un monologue d’environ une heure que je prendrai en charge.

 

L’acteur – moi même, donc – occupera seul l’espace, à l’exception peut-être d’un pupitre où poser le texte/partition. L’acteur pourra être vu comme un signe typographique, vêtu de noir sur fond blanc. Pas de musique ou de décor qui soient illustratifs. C’est la voix seule qui créera le rythme et instillera le magnétisme.

 

Il y aura aussi de la musique synthétique, un environnement sonore, là pour supporter l’acteur dans sa scansion et accompagner son rythme.

 

C’est avec ces règles simples et ce dispositif clair que je veux expérimenter et faire partager cette poétique singulière de la langue de Luca, que je trouve éminemment théâtrale.

 

C’est une poésie de la chasse, de la poursuite du mot, de l’idée en train de s’exprimer et qui s’enfuit, s’esquive et se cache dans les plis, les zones d’ombres et les replis même du langage. La signification se dérobe au fur et à mesure de son élocution, formant un horizon toujours renouvelé, à nouveau inatteignable, un mirage perpétuellement humide et prometteur.

 

Érotisme de la fugue et de la poursuite du sens, de son dérobement permanent au fur et à mesure de sa construction. Surgissement du désir et de l’humour. Poétique et Érotique de l’accident.

 

Enchantement du mouvement et de la danse articulatoire. Épuisement de la langue, exténuation du signifiant, essoufflement des sons, éblouissement des sens, émerveillement des corps. Expiration. Inspiration. Danse. Transe.

 

Proposé sous la forme d’une performance, cette « expérience Luca » se propose de faire entrer les spectateurs dans cette danse, afin qu’ils se laissent traverser par le flux de l’écriture et qu’ils en sortent émus, bouleversés, voire déplacés.

PASSIONNÉMENT, Ghérasim Luca

 

 

je t’ai je t’aime je t’aime

 

passe passio ô passio

 

passio ô ma gr

 

ma gra cra crachez sur les rations

 

ma grande ma gra ma té

 

ma té ma gra

 

ma grande ma té

 

ma terrible passion passionnée

 

je t’ai je terri terrible passio je

 

je je t’aime

 

je t’aime je t’ai je

 

t’aime aime aime je t’aime

 

passionné é aime je

 

t’aime passionném je t’aime

 

passionnément aimante je

 

t’aime je t’aime passionnément

 

je t’ai je t’aime passionné né

 

je t’aime passionné

 

je t’aime passionnément je t’aime

 

je t’aime passio passionnément

 

dans Le Chant de la Carpe, Librairie José Corti, 1986.

Joachim Salinger — conception, mise en œuvre et interprétation
Marion Levy — conseil chorégraphique
De 1989 à 1996 elle est membre de la compagnie Rosas dirigée par Anne Térésa de Keersmaeker et participe durant 10 ans aux créations et tournées internationales de la compagnie. Elle y revient entre 2002 et 2006 pour des reprises des spectacles. En 1997, elle fonde la compagnie Didascalie. Depuis, elle crée l’Amusette pour le Bal Moderne au théâtre National de Chaillot, Solo à Mont Saint-Aignan, dans le cadre du festival Octobre en Normandie, Bakerfix inspiré des mémoires de Joséphine Baker avec Arthur H présenté en France et en Belgique, la Langue des Cygnes avec Denis Lavant au festival de Villeneuve-sur-Lot, Duo phonie avec Michaël Lévinas pour l’ouverture de la cité de la musique à Strasbourg. En 2003, elle co-réalise avec Emmanuel Salinger le court-métrage I produit par Les Films d’Ici. En janvier 2009, elle crée le spectacle En somme ! au Théâtre National de Chaillot. Après une tournée en 2009 et 2010, le spectacle est repris en novembre 2010 au Théâtre Silvia Montfort à Paris. En septembre 2009, elle crée avec Fabrice Melquiot  Miss electricity dans le cadre de la nuit blanche, à l’institut français de Madrid.  En janvier 2012, elle crée Dans le ventre du loup une histoire dansée des trois petits cochons de Marion Aubert au théâtre National de Chaillot. En août 2012 elle crée et interprète la chorégraphie d’une histoire du soldat pour le théâtre de Matsumoto (Japon) Elle enseigne aussi à la Ménagerie de Verre et au conservatoire d’art dramatique de Paris . Parallèlement elle chorégraphie pour le théâtre et le cinéma avec Victor Gautier-Martin, Bérengère Bonvoisin, Jean-Paul Salomé, Pascal Rambert, Cécile Backès, Christian Schiaretti, Yolande Zauberman, Philippe Calvario, Yves Beaunesne , Thierry de Peretti et Emmanuel Demarcy-Mota et Noémie Lvovsky pour Camille redouble

Charly Lhuillier — création lumière
Il commence le métier d’éclairagiste en 2010, par une formation aux 3 Baudets, où il rencontre plusieurs artistes avec lesquels il continue de collaborer en tournée ou sur des dates ponctuelles. Il travaille toujours aux 3 Baudets actuellement, mais également pour le théâtre de la Porte Saint Martin, au Divan du Monde et pour des compagnies de théâtre en tant que régisseur lumière. Il a effectué plusieurs créations lumières pour différents spectacles aussi bien pour des concerts que pour des pièces de théâtre : La Mort sans sépulture pour la compagnie de l’Ombre noire ; Maissiat, Vincha, Perrine en morceaux, Inglenook. Le fait de travailler dans plusieurs salles et pour plusieurs artistes lui permet d’éclairer environ 300 concerts et spectacles par an.

Guillaume Vésin — création sonore

Après une formation au son à l’image (BTS Audiovisuel) et au travail de dramaturgie (Licence Études Théâtrales), il est diplômé du département Réalisation Sonore de l’ENSATT en 2013 sous la direction de Daniel Deshays et Michel Maurer. Dans le cadre des Solos de comédiens il réalise la création sonore de Cris (L. Gaudé), Éloge de la Folie (textes d’Erasme et de Baudelaire), et Novecento Pianiste (A. Barrico). Il effectue les créations son de La chasse aux rats (P. Turrini) et de L’enfant froid (M. von Mayenburg) lors des Essais de l’ENSATT. En 2013, il co-réalise la bande son de Loin de Corpus Christi de Christophe Pellet, mis en scène par Anne Théron dans le cadre des Ateliers-Spectacles de l’ENSATT. En juin 2013, il co-réalise Sans voix avec Guillaume Poix, début d’un travail commun avec l’écrivain. Il co-réalise en juillet la création son de Pour le meilleur (théâtre muet), mis en scène par Claire Lasne Darcueil dans le cadre du festival Les Nuits de l’Enclave. En novembre il intègre le collectif Da Sein et réalise la création son de La Pierre (M. von Mayenburg), puis rejoint en décembre le collectif Bim pour développer la dimension sonore de ce travail in situ. Il collabore pour la radio avec Alexandre Plank (France Culture), Hervé Birolini (Cie Ormone), ou encore Yann Ducruet (Le Monstrueux Théâtre Bam) et en musique avec l’enregistrement de l’opéra Tristan (prix Prodige 2013) adapté de l’œuvre originale de Wagner par Christophe Belletante. Il est également l’ingénieur son titulaire de l’orchestre de Jazz moderne « La Substance », et ingénieur son auxiliaire de l’Amphi Opéra de Lyon et du CNSMD de Lyon.

Outrage au public de Peter Handke et Le principe d’incertitude de Ghérasim Luca forment un diptyque de performances théâtrales et articulatoires.

 

La compagnie un autre jour, la même histoire créé le diptyque en 2014 :

 

  • Le principe d’incertitude de Ghérasim Luca est créé à la Faïencerie-Théâtre de Creil en février, dans le cadre des Rendez-vous de la Manufacture.
  • Outrage au public de Peter Handke est créée à La Loge (Paris 11°) en mai et juin. >> lien

 

Interrogeant le rapport du spectateur au texte et proposant à travers le flux de la langue une confrontation physique et sensorielle entre acteurs et spectateurs, ce diptyque est particulièrement adapté à tout espace privilégiant un rapport direct et intime entre salle et scène et peut se transposer dans des espaces non théâtraux répondant à ces critères.

 

L’espace de la représentation est très simple, de manière à valoriser le travail et la voix des acteurs. Il ne nécessitera qu’un très court temps de montage et de démontage, se prêtant volontiers aux contraintes de l’alternance, et pouvant s’adapter simplement à différentes configurations scéniques et dimensions de salles.

 

Toutes deux d’un format court d’environ une heure, chaque performance du diptyque est distincte l’une de l’autre et peut être exécutée de manière indépendante.

 

Ceci étant les deux formes sont complémentaires. Elles découlent de la même démarche artistique et du même questionnement. De plus, elles utilisent la même grammaire scénique et se conçoivent prioritairement dans le même type d’espace.

 

La création étant en cours, la fiche technique et les tarifs de cession ne sont pas encore finalisés. Cependant, sur simple demande, la compagnie un autre jour, la même histoire fournira les renseignements techniques, administratifs et financiers dont elle dispose déjà, et s’efforcera de répondre à toute question ayant trait à la faisabilité technique, la production et la diffusion.

 

Pour toute demande complémentaire (fiche technique, tarifs de cession, etc…) merci de prendre contact  directement avec nous, via le formulaire de contact.

 

Dossier de Presse — Le principe d'incertitude

Télécharger


Dossier de Presse — Diptyque

Télécharger

Visuels

Visuel_leprincipedincertitude